L’apport des neurosciences sur cette question :

Les recherches en neurosciences montrent que notre cerveau est d’une plasticité infinie, permettant à celui-ci de créer, défaire ou réorganiser les réseaux de neurones et les connexions neuronales tout au long de notre vie.

De manière générale, nous fonctionnons par automatisme que nous avons progressivement mis en place et qui sont autant de chemins tout tracés que nous empruntons au gré des situations.

Mon enfant désobéit, je demande une fois, deux fois, puis la troisième je crie. Notre cerveau est comme un jardin dans lequel l’herbe aurait été coupée à certains endroits pour créer des passages que nous empruntons par réflexe. Sans prise de conscience, nous reproduisons à l’infini la même manière inappropriée de faire.

Il est tout à fait possible de laisser repousser l’herbe à certains endroits et de défricher un nouveau chemin, plus agréable et plus efficace, que nous prendrons progressivement l’habitude d’emprunter en créant un nouvel automatisme.

Mathieu a 48 ans et avait tendance à se mettre en colère et à crier après ses collaborateurs quand le travail n’était pas fait selon les règles.

Aujourd’hui il garde son calme et aborde les difficultés avec recul et réflexion.

Que s’est-il passé pendant son coaching qui a permis de changer ce comportement ? Mathieu a appris à activer la partie du cortex préfrontale de son cerveau, celle qui lui permet de prendre le temps de la réflexion avant d’agir.

Il parvient désormais à maîtriser l’action de son cerveau reptilien qui réagit toujours par une réponse émotionnelle immédiate. Il donne ainsi  la possibilité au néo-cortex de prendre le relais pour livrer une réponse plus réfléchie.

 

Les croyances ont la vie dure

Je suis comme cela depuis toujours, c’est impossible de changer. Si vous pensez cela, vous êtes-vous déjà demandé d’où vous vient cette certitude? Sur quoi vous appuyez-vous pour émettre ce jugement?

Il s’agit en fait d’une croyance héritée (des parents, de la société, d’une expérience personnelle) qui empêche de passer à l’action.

Des croyances, (certitudes ou convictions) de toutes sortes, nous limitent parfois en nous chuchotant sans cesse que cela est bien ou pas bien, cette solution possible ou au contraire impossible.

Et si vous acceptiez de challenger vos certitudes pour enfin vous libérer de ces chaînes ?

Annie est épuisée et ne parvient pas à concilier sa vie professionnelle avec sa vie personnelle. Elle est convaincue que si elle travaille moins, elle sera vue comme incompétente par son équipe. Après quelques mois de coaching, elle est parvenue à envisager la situation de manière plus large. Elle a notamment compris que ses collaborateurs reconnaissaient ses capacités et avaient un regard positif sur son travail quel que soit le nombre d’heures passées au bureau. Elle a aussi accepté de prendre en compte les remarques de son supérieur qui lui à déjà suggéré de lever le pied et de prendre du temps pour elle. Au final, sa croyance s’estompe au profit d’une vision plus nuancée qui lui permet de faire évoluer son comportement.

 

Le rôle de votre motivation

Au fond avez-vous vraiment envie de changer? Changer c’est reconnecter son objectif de changement avec ses aspirations profondes, pour activer le réservoir d’énergie dont nous disposons tous. Comprendre ce que j’ai à gagner et à perdre en faisant évoluer un de mes comportements est une étape essentielle pour décider si nous voulons vraiment ce changement.

Vous rappelez-vous de ce projet le plus fou que vous avez fait naître malgré les obstacles, car vous le vouliez vraiment?

Vouloir c’est pouvoir, même si cela n’est pas suffisant.

Dès lors où le sens de ce changement est clarifié, que la volonté est présente et que ce souhait de changement correspond à une volonté personnelle, les chemins des possibles sont ouverts.

 

Ce n’est pas parce que c’est difficile que c’est impossible

Le changement demande de l’énergie et de l’investissement personnel.

Le changement prend du temps. Défricher un jardin demande une forme de patience et d’entraînement. Le reste est dans les mains du coach qui saura vous aider à contourner les derniers obstacles sur votre chemin. A deux, on va plus vite et plus loin !

Accepter le changement, c’est renoncer à la baguette magique et aux conseils miracles pour prendre le temps de travailler sur soi et d’avancer à son rythme.

 

Et tout ça pour quoi ?

A quoi bon changer un comportement avec lequel on a appris à vivre?

Changer c’est se rendre le quotidien plus léger pour se sentir mieux tout simplement. C’est déposer cette lourdeur que l’on sent parfois venir se poser sur nos épaules.

Changer, c’est aussi améliorer son estime de soi en ayant une preuve que l’on est capable de passer à l’action et de réussir ce qui est important pour nous.

Changer, c’est enfin booster son quotidien professionnel. Quand il s’agit d’évolution professionnelle, l’expertise technique finit toujours par avoir ses limites ; celles de notre comportement. Les gens qui évoluent en entreprise sont ceux qui savent faire (les compétences techniques) et surtout qui savent être (les compétences interpersonnelles).

 

Et vous, êtes-vous prêt à faire « les abdominaux » pour devenir vraiment la personne que vous voudriez être?

 

Référence :

« Entrainer votre esprit – Transformer votre cerveau : Comment la science de pointe révèle le potentiel extraordinaire de la neuroplasticité  » Sharon Begley et Marie Blanche Daigneault, Ariane Editions (7 novembre 2008) – Version originale du livre : « Train your mind, Change your brain »